Evénements et initiatives

De 13 février 2020 à 15 février 2020

Giorno del Ricordo: une délégation de jeunes valdôtains en Friuli-Venezia Giulia et Slovénie

La célébration du "Giorno del Ricordo" en Vallée d'Aoste passe également à travers le voyage d'un groupe d'étudiants en Friuli-Venezia Giulia et Slovénie, dans un projet réalisé par le Conseil de la Vallée avec l'Assessorat régional de l'éducation, de l'université, de la recherche et des politiques de la jeunesse.

Le parcours d'approfondissement se développe du 13 au 15 février 2020 et concerne des élèves des de l'Istituzione scolastica di istruzione liceale, tecnica e professionale de Verrès, du Lycée linguistique de Courmayeur, de l'Istituto professionale regionale alberghiero de Châtillon et de l'Istituto Don Bosco de Châtillon. Le projet a comme but de continuer le parcours de sensibilisation et découverte pour les étudiants sur le thème des massacres des "foibe" et de l'exode de la Vénetie julienne et de Dalmatie, tout en poursuivant les initiatives proposées par le Conseil régional au fil des années.

Le voyage touche avant tout le Sanctuaire militaire de Redipuglia, monument aux victimes de la Première guerre mondiale, et la Risiera di San Sabba, le seul camp d'extermination italien, pour arriver donc à Trieste et à Capodistria, en Slovénie. En plusieurs occasions, les jeunes valdôtains rencontrent des représentants de la communauté italienne d'Istrie et de Dalmatie, en visitant aussi le siège de la télévision Capodistria. L'itinéraire prévoit également la visite au camp de réfugiés de Patriciano, où les exilés ont vécu de la fin de la Deuxième guerre mondiale à 1976. La dernière étape est celle de la doline de Basovizza, avec la visite au Monument national du Carso de Trieste.

Le "Giorno del Ricordo", créé par la loi italienne en 2004, est célébré en occasion de l'anniversaire du Traité de paix de Paris, le 10 février 1947. Son but est celui de "conserver et renouveler la mémoire de la tragédie des italiens et de toutes les victimes des "foibe", de l'exode de leurs terres de la part des gens d'Istrie, Fiume et Dalmatie de l'après-guerre et de la complexe histoire de la frontière orientale."